Section: Normale secondaire - Sous-section sciences humaines : géographie, histoire et sciences sociales
Codification: MLH22
Maitrise orale et écrite de la langue française 2
Enseignant(s) :

Volume horaire : 15
Pondération : 24
Activité obligatoiore : Oui
Année académique : 2018-2019
Place de l'activité d'apprentissage dans le programme
Articulation avec d'autres activités d'apprentissage
  • Activités d'apprentissage supports + acquis d'apprentissage préalables requis

    Maitrise courante de l'expression française orale et écrite et des compétences telles que définies pour la première année

  • Activités d'apprentissage complémentaires

    Le cours de maitrise de la langue sert fondamentalement l'intérêt de toutes les autres disciplines.
    Il bénéficie aussi de leur richesse pluridisciplinaire.

Acquis d'apprentissage spécifiques sanctionnés par l'évaluation

Au terme de l'apprentissage, l’étudiant sera capable :
- De communiquer de manière adéquate dans la langue d'enseignement en manifestant son excellence dans la maitrise écrite de la langue française : 298 formes correctes dans un texte de trois cents mots, créé avec dictionnaire et grammaire. Et au sens de l'argumentation classique, aussi.
- De développer une expertise dans les contenus enseignés dans la Nouvelle Grammaire française et dans la théorie de l'argumentation classique. (Deuxième partie.)
- D'agir comme acteur social et culturel en lisant avec fruit, chaque semaine, un ouvrage choisi dans le programme de lecture et en mémorisant un chef-d'oeuvre de la littérature mondiale

Contenu

DEUXIEME PARTIE : ce qui a été entamé dans Communiquer 1 est poursuivi dans Communiquer 2
Maitrise : « Perfection digne d’un maitre dans la technique. » (Le Grand Robert.)

a. Savoir écrire : pratiquer l’écriture de manière quotidienne, entre autres, de textes argumentatifs – le clou du spectacle -, explicatifs, descriptifs, narratifs. Les exigences à améliorer sont le langage concret, simple, précis, clair, structuré, le sens du détail, la présentation matérielle, la concision, le sens de la nuance. Ce sont aussi le choix des mots, la ponctuation, l’orthographe. L’attention sera attirée sur le T.F.E, genre de texte et ses caractéristiques : la citation, le titre, les notes en bas de page, les annexes, la bibliographie, l’introduction, la conclusion, etc.
b. Savoir lire : être capable de distinguer la bonne littérature au sens le plus large : découverte de La Bibliothèque idéale, du catalogue de la Pléiade, chez Gallimard. Lecture du programme imposé : se référer aux consignes données au cours.
c. Savoir écouter : écouter est un art utile dans l’élaboration d’un travail de fin d’études : considérations sur l’interview, la conférence, etc.
d. Savoir parler : progression proposée à travers le non verbal (le corps, les gestes, le visage, le regard, les facteurs ambiants), à travers le verbal (la voix, être écouté, être compris). Préparation à la présentation orale du T.F.E.

Participation interactive de l’étudiant aux exercices proposés par l’enseignement ou réalisés de sa propre initiative, examen écrit. Révision systématique des matières étudiées et mise en valeur des lectures, interrogations régulières.
Méthodes d'enseignement-apprentissage mises en oeuvre

Participation interactive de l’étudiant aux exercices proposés par l’enseignement ou réalisés de sa propre initiative, examen écrit.
Révision systématique des matières étudiées et mise en valeur des lectures, interrogations régulières.

Modalités d'évaluation de l'activité d'apprentissagee
Septembre - JanvierFévrier - JuinSeconde Session
TravauxProgramme de lecture : bonus ou lecture de vacances si la moitié au moins du programme de lecture n'a pas été effectuée.Cfr janvier.Cfr janvier ou juin.
InterrosFormatives.
ExamensOrthographe : 50 %. Grammaire : 50 %. Cfr précisions, ci-dessous.Cfr janvier.Cfr janvier ou juin.

Pondération en % par rapport au total de l’activité d’apprentissage ou de l’UE si l’évaluation est intégrée.

Description éventuelle

    Pour bénéficier de l’octroi de la réussite, il faudra obtenir au moins 50 %.
    L’excellence de l’orthographe est un objectif prioritaire et déterminant avant tous les autres pour la réussite de l’étudiant. La mauvaise orthographe justifie, à elle seule, l'échec : en deuxième, il faut obtenir plus de 99 % de formes correctes. Autrement, chaque partie de la matière sera valorisée également au moment de l'examen : l'étude de la grammaire, du syllabus, du texte à mémoriser, de l'orthographe de l'activité d'écriture, du programme lecture, etc. A parts égales, si la pédagogie mise en place et vécue concrètement dans la classe rend cela possible.
    L'étudiant qui ne lit pas un ouvrage sur deux, dans le programme lecture, se voit imposer une lecture en deuxième session.

Ressources
Sources et référence

    Cfr références en bas de pages dans le syllabus.

 Imprimer   Retour